Tendances Évolutionnaires

Souvent dans l’histoire de l’évolution d’une espèce on observe ce que l’on appèle des « tendances ». Par exemple dans l’évolution du cheval, entre le Eohippus et le Equus la tendance est à la diminution des doigts. La plupart des chevaux ayant vécu il y a 5 à 10 Ma avaient trois doigts, et non un seul, nous constatons une tendance des chevaux à n’avoir qu’un doigt quand les lignées des chevaux à trois doigts disparaissent. C’est pour cela que nous pouvons dire qu’il existe une tendance à un doigt dans le genre Equus mais nous ne pouvons pas parler de tendance chez les chevaux  Hipparion à trois doigts ni pour la famille des chevaux en général. Pour vivre dans les forêts les trois doigts étaient parfaitement adaptés et pratiques alors qu’un seul doit aurait représenté un handicap.

Le sens de l’évolution dépend des défis écologiques que doivent affronter les membres de chaque espèce. On ne peut dans aucun cas parler de tendance naturelle de l’évolution. Quand le climat est devenu plus sec et que les plaines herbeuses ont pris du terrain, ce fut un nouveau défi pour la famille du cheval, la lignée qui a diminué son nombre de doigts et allongé ses membres inférieurs a eu l’avantage. Les changements écologiques ont conduit la lignée du cheval actuel (Equus) à perdre ses autres doigts.

Ces mêmes changements écologiques vers un climat plus sec et des plaines herbeuses plus nombreuses présentèrent également un défi pour les herbivores, ils devaient soit s’adapter et manger de l’herbe soit ne pas changer et alors survivre dans des forêts de plus en plus petites. Afin de se nourrir d’herbe en quantité suffisante tout au long de leur  vie, leurs molaires doivent être plus grosses, plus pointues, coupantes et en émail.


 

 

Newsletters

NewsLetters


Recevoir du HTML?

Content View Hits : 744121
Nous avons 159 invités en ligne